LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°13 (lundi 23 février 2004)

 

Pierre-Emmanuel Paulis

Enseignant détaché à l'Euro Space Center de Redu

et dessinateur de bandes dessinées

www.eurospacecenter.be

 

 

 

Qui êtes-vous, Pierre-Emmanuel Paulis ?

Je suis né le 18 juillet 1964 (le jour de l'anniversaire de John Glenn ; un signe ?). J'habite à Ferrières, dans les Ardennes belges. Je suis enseignant détaché à l'Euro Space Foundation de Dirk Frimout. Mes hobbies : la bande dessinée, le dessin, la musique blues, les voitures anciennes, l'aviation, l'espace, la photo, les voyages...

 

 

Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai suivi un graduat en Arts Plastique à l'Institut Supérieur des Beaux-Arts Saint-Luc à Liège, section illustration-bande dessinée, ai passé un CAP (Certificat d'Aptitude Pédagogique), puis ai travaillé comme éducateur et professeur de dessin dans différentes écoles avant de recevoir un coup de téléphone de l'Euro Space Foundation me demandant si je ne voulais pas travailler pour elle en tant que détaché pédagogique à l'Euro Space Center de Transinne.

Parallèlement, j'avais développé ma passion pour l'espace en voyageant à plusieurs reprises dans les centres spatiaux aux Etats-Unis et en Russie et en nouant de plus en plus de contacts. J'ai assisté à mon premier lancement de la navette spatiale en 1992, à l'occasion du vol de notre premier astronaute belge Dirk Frimout, qui m'avait fait le plaisir de m'inviter officiellement. J'ai assisté à 6 lancements de la navette, 2 atterrissages (Columbia et Atlantis), 1 départ d'Ariane 4, 1 de Soyouz, 1 de Titan.

Je fais également de la bande dessinée et ai créé un personnage, Tania, astronaute. Deux albums sont parus et je prépare maintenant une BD pour l'ESA, toujours avec Tania, et plus particulièrement pour le Corps des Astronautes Européens.

 

 

 

Quelle est votre passion, comment est-elle née ?

Passionné par l'aviation depuis toujours, j'ai eu la révélation pour l'espace au moment du premier lancement de la navette spatiale, en 1981. J'ai écrit aux deux astronautes et à ma grande surprise, j'ai reçu une réponse ! Il s'agissait de John Young et de Robert Crippen. Suite à cela j'ai commencé à écrire à tous les astronautes américains puis russes et européens et je me suis ainsi constitué une extraordinaire collection de photos dédicacées d'astronautes.

 

 

Avez-vous une anecdote ou un souvenir fort à nous raconter ?

Les anecdotes sont nombreuses bien sûr et souvent bien chargées d'émotion. *

Les rencontres avec les astronautes sont des moments forts et je n'oublierai jamais ma toute première rencontre avec un astronaute, pas n'importe lequel puis qu'il s'agissait de Buzz Aldrin, le deuxième piéton lunaire. J'avais 18 ans et il a été extrêmement courtois avec moi, me consacrant de nombreuses minutes. J'ai aussi rencontré bon nombre de célèbres astronautes, tels que Shepard, Glenn, Carpenter, Cooper, Shirra, Young, Conrad, Haise, Lovell, Cernan, Mitchell, Leonov, Terechkova, Manarov, Titov, Koubassov... sans compter pas mal de ceux qui ont volé dans la navette spatiale, ce qui doit faire environ 350 en tout.

J'ai fait aussi des rencontres insolites telles que celle effectuée avec Tom Hanks et Ron Howard au Kennedy Space Center pour le tournage du film Apollo 13. J'ai parlé 10 minutes avec Tom Hanks sans savoir que c'était lui !

Et puis quelle belle récompense de sa passion que de nouer alors des amitiés fidèles comme celle avec Jean-François Clervoy ou Vladimir Pletser (candidat astronaute belge) ou encore avec des pilotes de la Patrouille de France qui m'ont fait l'honneur de m'inviter plusieurs fois sur leur base à Salon-de-Provence et pour qui j'ai réalisé une bande dessinée.

Un autre grand moment fut mes vols en apesanteur à bord de la Caravelle puis de l'Airbus Zéro G de l'ESA. J'ai accumulé 43 minutes d'apesanteur lors de 124 paraboles.

En novembre 2002, j'ai eu l'honneur de faire partie de l'équipage MDRS 7 de simulation de séjour martien, à bord de la Mars Desert Research Station du désert de l'Utah, aux USA. C'est une expérience inoubliable.

Tout cela au service bien sûr de mon travail d'éducateur spatial à l'Euro Space Center.

 

 

Un Belge sur Mars, Dricot, 2007 (16 €)

 

 

Quelle serait votre photo spatiale préférée et pourquoi ?

La photo que je choisis est celle d'Eugene Cernan, recouvert de poussière lunaire, photographié dans le LM après une de ses marches lunaires sur Apollo 17. J'ai beaucoup d'affection pour Cernan et il représente beaucoup pour moi. J'ai eu l'occasion de le rencontrer à deux reprises ; il est très impressionnant je trouve, sympa et ouvert. Il est le dernier homme sur la Lune, Dieu sait pour encore combien de temps. Il a clôturé la plus extraordinaire aventure que l'Homme ait vécue jusqu'à présent. Apollo 17 reste la plus longue, la plus belle et la plus riche des missions lunaires. Imaginez que Cernan et Schmitt sont restés 3 jours sur la surface de la Lune, ont effectué plusieurs EVAs et parcouru plus de 35 km en jeep lunaire ! Cette photo de Cernan me rappelle que l'aventure spatiale est avant tout une aventure humaine. C'est le côté de la conquête spatiale qui m'interpelle le plus, avant la technique.

 

 

 

De même, quel serait votre objet spatial préféré ?

J'ai une admiration sans borne pour le programme Apollo et donc pour tout ce qui a contribué à son succès, comme par exemple la fusée Saturn 5. Mon grand regret est de ne l'avoir jamais vue décoller. J'ai vu les exemplaires qui n'ont pas volé, à Houston, Huntsville et Kennedy Space Center. C'est terriblement impressionnant ! Et ce bidule décollait pour atteindre une vitesse de 28 000 km/heure !

Je collectionne d'ailleurs tout ce qui commémore cette fantastique aventure Apollo et je dois dire que je suis assez fier de ma collection. Le concepteur du module lunaire, Tom Kelly, m'a ainsi fait le plaisir de m'offrir un tirage original des plans du LM.

 

 

Un vestige du programme lunaire américain cuisant sous le soleil texan,

à l'entrée du centre spatial Johnson de la NASA à Houston

Photo Pif

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Mon rêve spatial : j'espère encore vivre l'arrivée de l'homme sur Mars. C'est plus qu'une nécessité pour l'humanité.

 

 

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

Youri Gagarine représente pour moi le courage à l'état pur ! Il en fallait en effet, du courage, pour s'asseoir au sommet de sa fusée qui allait le propulser à 28 000 km/h au dessus de la Terre ! Que d'inconnues et de dangers il allait devoir braver !

Sa disparition prématurée et accidentelle en a fait un mythe, bien entretenu encore à l'heure actuelle. Le fait qu'on n'ait jamais retrouvé son corps nourrit davantage la légende : Gagarine est-il bien mort ? Je me souviens avoir passé une après-midi chez la cosmonaute Valentina Ponomaryova, à la Cité des étoiles près de Moscou ; celle-ci m'a confirmé la rumeur que Gagarine n'était pas mort mais qu'il passait ses derniers jours dans un monastère en Sibérie...

Sur le même palier que Valentina Ponomaryova, la porte en face porte le nom de Madame Gagarine. Nous avons frappé à sa porte. Malheureusement, elle n'était pas chez elle. Mais la rencontre s'est concrétisée quelques années plus tard à Bruxelles : que d'émotion de serrer la main à celle qui fut l'épouse du premier Homme de l'Espace !

En 2001, j'ai foulé du pied le pas de tir d'où Gagarine est parti pour son grand voyage, sur le cosmodrome de Baïkonour ; comment ne pas se surprendre à rêver, les yeux tournés vers le ciel ?

Le 12 avril 1981, soit 20 ans jour pour jour après ce premier vol habité de l'Histoire, la navette spatiale américaine Columbia -celle-là même qui le 1er février 2003 ne revint pas de son dernier voyage- décollait à son tour... Une coïncidence qui me plaît beaucoup. Et là, je touche du doigt la photo signée de Gagarine que j'ai la chance de posséder...Youri, merci pour le rêve et l'exemple que tu nous offres !

 

 

Carte postale signée de Youri Gagarine

Collection Pierre-Emmanuel Paulis

 

 

Que représente pour vous la station Mir ?

 

 

"Dommage que ce ne soit pas un MIRage"

Dessin exclusif de Pierre-Emmanuel Paulis pour le Cosmopif

 

 

Merci, Pierre-Emmanuel Paulis !

 

Interview réalisée par mail en novembre 2003

 

 

   

 

Avec le général Siffre et Pif lors de la première Fête de la Rentrée du Musée de l'Air et de l'Espace en septembre 2000

et avec Didier Clayes et Pif au centre spatial Kennedy en octobre 2000

 

 

La semaine prochaine (lundi 1er mars 2004) : Raphaël Breda

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas