LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°35 (lundi 13 septembre 2004)

 

Kent

Auteur/compositeur/interprète

www.kent.com.fr

 

 

Qui êtes-vous, Kent ?

Je suis auteur/compositeur/interprète. Je suis né à Lyon le 31 mars 1957, l’année où la chienne Laïka partit à la conquête de l’espace à bord de Spoutnik 2. J’habite actuellement à Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne, où la pollution lumineuse nocturne ne m’autorise à voir que la Lune. Je suis marié et père d’un petit garçon dont le second prénom, Cosimo, n’est pas étranger au sujet qui nous intéresse. Je compose des chansons pour moi et pour d’autres. Je les enregistre sur disque et je fais pas mal de concerts. Il m’est difficile d’avoir d’autres passe-temps. Je dessine pour me détendre. Je lis. Je voyage autant que je peux, avec ou sans ma musique.

 

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai démarré jeune dans un groupe de rock, du nom de Starshooter, qui a acquis très vite une notoriété à la fin des années 70. Après 5 années un peu folles avec le groupe, nous nous sommes séparés et j’ai continué seul à faire de la musique. J’ai aussi fait de la bande dessinée et écrit quelques romans.

 

 

Concert au Palace en 1982 lors de la dernière tournée de Starshooter

 

 

Comment se traduit votre intérêt pour l’espace et comment est-il né ?

Je me tiens au courant des dernières découvertes spatiales en lisant la presse quotidienne, puis en me rabattant sur les revues spécialisées de vulgarisation, dès qu’un sujet éveille ma curiosité. Par exemple, les photographies surprenantes de la comète Wild-2. J’ai adoré voir Hal Bope traverser notre ciel.

 

 

Début janvier 2004, la sonde américaine Stardust (lancée le 7 février 1999) nous révélait cette fantastique vue du noyau de la comète 81P/Wild 2. Avec une résolution d'environ 20 mètres, jamais une vue si rapprochée d'une comète n'avait encore été réalisée. En 2006, des échantillons de Wild 2 devraient être rapportés sur Terre...

Crédit NASA

 

 

Dès l’enfance, j’ai été passionné par les histoires de fusée. J’ai très vite lu des livres d’anticipation. Mon premier émoi est une chanson d’Henri Salvador qui parlait de Gordon Cooper. J’aime toujours les représentations visuelles et sonores des années 50 liées à la conquête spatiale. Aujourd’hui, tout en restant dans l’émerveillement quasi nostalgique d’un voyage vers Mars, je suis fasciné par les recherches sur les formes de l’Univers et ses limites. Mais je suis consterné que si peu de gens réalisent que nous vivons sur une planète incroyable.

 

 

Pochette de disque de Henry Salvador paru en 1965

Face A : Le travail, c'est la santé et Dis, Mr. Gordon Cooper

Face B : Bouli-Bouli et Hula-Hula

 

 

Avez-vous un souvenir fort lié à la conquête spatiale et lequel ?

Le premier pas sur la Lune est un événement majeur, évidemment. Mes parents ne m’ont pas laissé suivre l’événement en direct car il se déroulait en pleine nuit pour nous. Mais je me suis levé tôt le matin pour voir les images en différé à la télé. Je me disais, “Génial ! Quand je serai grand, je pourrai aller là-haut !”

Quelle déception…

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

J'ai un faible pour la station orbitale du film “2001, l’Odyssée de l’Espace” de Stanley Kubrick (1968). Parce que ce film fut un choc pour moi. Parce qu’elle était tellement crédible. Parce que c’est à portée de notre volonté.

 

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

La station Mir pour les mêmes raisons.

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

J'aimerais découvrir que l’Univers est en expansion tant que notre imagination l’est aussi. Qu’ils sont intimement liés l’un à l’autre. Nous créerions ce que nous désirons.

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

Pour moi, Gagarine signifie que tout est possible. Un jeune homme se découvre une passion, il devient le symbole de cette passion parce que sa foi en cette chose décuple ces facultés. Fils de fermier, il devient cosmonaute. Et quel beau nom !

 

Merci, Kent !

 

Interview réalisée par mail en juin 2004 - Merci à Guy Pignolet pour cette belle rencontre

 

 

DISCOGRAPHIE

“Amours propres” (1982), CBS

“Embalao” (1985), Barclay

“Le mur du son” (1987), Barclay

“A nos amours” (1990), Barclay

“Tous les hommes” (1991), Barclay

“D’un autre occident” (1993), Barclay

“Kent en scène” (live 1995), Barclay

“Nouba” (1996), Barclay

“Métropolitain” (1998), Barclay

“Enfin seuls” (live 1999), Barclay avec Enzo Enzo

“Cyclone” (2000), Barclay

"Je ne suis qu’une chanson" (2002), AZ/Universal

DVD live avril 2004

Nouvel album prévu en février 2005

 

 

 

Prochain invité (lundi 20 septembre 2004) : Jean-Pierre Penot

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas